BIENVENUE !

Vous entrez sur un site dédié à notre
réseau d'une vingtaine  d'associations

actives en Solidarité Internationale
en Ardèche.
Ici, la solidarité internationale se mange dans le cadre d'échanges équilibrés et à toutes les sauces : locale, internationale, transversale, réflexive et festive !

 

Nous avons la joie d'accueillir

  Atia Aurora, 

la fille de Claudia notre coordinatrice

 

 

Alerte coronavirus

 

Prenez soins de vous, de vos proches et de tous!

Adoptez les gestes barrières et si possible restez chez vous!

 

 

Pour rester solidaire du continent africain, vous pouvez entre autres, consulter les sites suivants :

  

Ccfd :  https://ccfd-terresolidaire.org/ 

Médecin du Monde :  https://www.medecinsdumonde.org/fr 

Médecin sans frontière : https://www.msf.fr/ 

Solidarité internationale :  https://www.solidarites.org/fr/ 

Solidarité Laïque :  https://www.solidarite-laique.org/ 

Unicef :  https://www.unicef.org/fr/coronavirus

 

Pour suivre l'actualité et l'évolution de la pandémie en Afrique, vous pouvez consulter notre page Facebook

 

 

Coronavirus ... Nouvelles du réseau

 

de la part de Nathalie Monnier, association Miroir

 

"je joins un.lien d'une interview que j'ai fait à la radio...a la fin émission..45:50...https://www.allolaplanete.fr/podcast/salut-les-confines-12/

 

Pour ATT (au Sénégal) la situation est très difficile....la vente de mes tableaux a finalement permis de soutenir cette situation d'urgence  au lieu de financer le projet FORGÉ par la rue et une formation d'animateur socio-culturel pour 2 membres de l'association. 

 

Att a besoin d'aide...je te laisse écouter la radio.

 

Les projets de miroir sont aussi en attente  et en tant qu'artiste solidaire il ya un festival d'une semaine qui a été annulé  qui devait être soutien...mais bon on fait avec. "

 

de la part de Rolland Arnoux (Meem et La Pérégrina)
Tableau de bord santé, publié chaque jour,   pour le Sénégal 
"Quelques nouvelles et photos du Centre NRJ dans cette période de confinement.
Le centre est fermé. une cinquantaine de jeunes restent confinés au Centre, de l’internat et du gîte de nuit.
Ephrem a pu tout de même se rendre à la ferme de Mahitsy pour ramener du riz, des légumes et des fruits.
Il devait venir en France en mars mais son voyage a été bien entendu annulé."

 

Tananarive.pdf
Document Adobe Acrobat 3.6 MB

de la part de Catherine Durand, Assolidafrica07,

 

"nous avons des nouvelles du Canton ou nous sommes au Burkina,  pour le moment rien,  les habitants restent au village , mais les grosses chaleurs sont arrivées et la réserve de Mil est moyenne donc un repas par jour ....notre moulin a mil a été mis en route en février et le collège , le deuxième bâtiment est  presque terminé ...nous ne sommes pas allées au burkina en raison de l'insécurité,  mais nous restons présent avec notre partenaire. " 

de la part de Paul Augagneur, Echange Togo Ardèche

 

"j'ai eu un contact téléphonique avec Jean Bakpessi , notre partenaire du Togo. C'était lundi 30
Il allait bien .Il m'a dit qu'à cette datte on comptait une trentaine de cas du Coronavirus, tous des voyageurs venant d'un pays étranger ..."

 

de la part de Renée Gaude, CCFD de l'ardèche

 

Communiqué de presse du CCFD:
 

Coronavirus

 

Pandémie et insécurité alimentaire,

 

un risque pour les pays vulnérables

 

 

 

 

 

Alors que la pandémie se propage rapidement à travers le monde, le CCFD-Terre Solidaire, association de solidarité internationale, alerte sur la situation des populations les plus vulnérables. En contact régulier avec l'ensemble de ses partenaires sur le terrain, les informations reçues sont inquiétantes. Pour l'association, une solidarité au niveau mondial est plus que nécessaire, elle est urgente et vitale.

 

 

 

***

 

 

 

Le virus ne connaît pas de frontières. Avec cette pandémie inédite, nous menons aujourd'hui un combat international. "S'il est urgent de protéger chaque Français, soutenir les soignants et autres travailleurs en première ligne, il est également indispensable de se tenir aux côtés des populations les plus vulnérables et, pour le CCFD-Terre Solidaire, de maintenir notre action auprès de nos partenaires" déclare Sylvie Bukhari-de Pontual, présidente du CCFD-Terre Solidaire.

 

 

 

En effet, l'association est particulièrement inquiète pour les pays qui n'auront pas les moyens de soigner leurs populations (grande fragilité des systèmes de santé, absence de matériel de réanimation pour les cas graves, enclavement de certaines zones. Ce sont autant de facteurs qui pourraient concourir à des impacts dévastateurs), et de mettre en place des mesures préventives. Si des mesures partielles peuvent être prises, un confinement total, tel que nous le connaissons est difficilement imaginable. Dans de nombreux pays, les populations les plus défavorisées ne peuvent "rester chez elles". Pour nourrir leurs familles, elles doivent sortir travailler chaque jour, compte tenu du poids du secteur informel dans l'économie.

 

 

 

Néanmoins, dans de nombreux pays, les organisations soutenues par le CCFD-Terre Solidaire essayent de maintenir leur accompagnement auprès des communautés locales et associations paysannes. Elles continuent malgré les conditions difficiles de rester au contact des populations les plus fragiles qui seront probablement les principales victimes de la pandémie, de ses impacts économiques et les grandes oubliées des mesures qui seront prises par les Etats.

 

 

 

Depuis le début de la crise, les équipes du CCFD-Terre Solidaire sont en lien permanent avec les organisations partenaires afin de suivre l'évolution de la situation dans les pays et les premiers impacts de la pandémie sur leurs actions de lutte contre les inégalités et de promotion d'alternatives écologiques et sociales.

 

A ce jour, en milieu rural, les actions mises en place par nos partenaires, dans ce contexte de pandémie, se concentrent sur deux axes :

 

  1. Information et sensibilisation sur la pandémie des populations notamment rurales,
  2. Accompagnement des paysannes au maintien des activités agricoles.
    Ces activités sont cruciales pour que les populations puissent continuer à se nourrir.

 

 

 

 

 

En Haïti, par exemple, l'association ITECA (association d'appui aux mouvements paysans et de soutien à l'agriculture locale), a choisi d'utiliser sa radio communautaire Ti Boukan FM pour informer et sensibiliser les communautés paysannes, isolées, sur la pandémie et les mesures d'hygiènes à suivre.

 

 

 

En Argentine, ou la quarantaine a été déclarée obligatoire pour toute la population depuis le 20 mars, l'association INCUPO (association spécialisée dans les programmes de formation, promotion et organisation communautaire) publie des messages de prévention pour les peuples indigènes et s'organise avec les familles paysannes pour qu'elles puissent maintenir les marchés locaux.

 

 

 

En République Démocratique du Congo, l'association UWAKI (fédération de groupements de femmes paysannes du Nord-Kivu) mène, auprès de femmes paysannes, un double travail : celui de vulgarisation et d'information sur les modalités de propagation du virus et celui crucial de préparation de la saison agricole.

 

 

 

 

 

Responsable du service Afrique au sein du CCFD-Terre Solidaire, Isabelle Manimben entrevoit déjà une multitude de crises auxquels les pays africains vont être confrontés : "face à cette pandémie qui nous touche, tous les pays ne sont pas égaux dans leur capacité de réponse. Il est évident que les pays africains seront particulièrement impactés. Ils devront non seulement gérer la propagation de l'épidémie malgré la grande fragilité de leurs systèmes de santé, mais aussi faire face aux conséquences de la crise économique mondiale dans des contextes politiques tendus. Ce sera dramatique pour les populations les plus fragiles."

Rechercher sur le site

Newsletter !
Inscrivez-vous !

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Dispositif de parrainage pour accueillir un jeune mineur non accompagné

Depliant_parrainage_mineurs_non_accompag
Document Adobe Acrobat 480.6 KB

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.